ETHIQUE et COMMUNICATION ANIMALE avec Peggy Reboul

L’éthique et la communication animale, pourquoi est-ce que c’est important ?

J’ai eu la chance d’interviewer Peggy Reboul,  une spécialiste de la communication animale française, qui fait des communications animales depuis plus de dix ans, qui propose aussi des formations, et qui a écrit un livre “Consciences Animales” sur les animaux et sur la façon dont on peut communiquer avec eux.

Voici ce qu’elle nous dit à propos de l’éthique et la communication animale :

« L’éthique est importante, lorsque l’on parle de communication animale, et tout simplement lorsqu’on parle d’animaux. Il y a des erreurs qu’il ne faut pas faire. Il faut rester vigilant et ne pas se plonger dans le syndrome du sauveur, par exemple en tenant des promesses, ou à demander à l’animal de quoi il a besoin, si derrière, vous n’êtes pas en mesure de répondre à ses besoins. Il est important de rester à sa place et d’avoir une posture juste.  Il est important d’expliquer aux gens que les animaux sentent lorsque l’on se connecte à eux, et que ça a vraiment un impact sur leur vie. 

Parfois chez un animal,  l’envie est réelle de se mettre en lien avec l’humain mais cela lui prend de l’énergie et donc cela le fatigue, et peut prendre sur son capital santé. Il y a aussi beaucoup de personnes qui allient la communication animale avec la médiation animale, et qui utilisent, par exemple dans le cadre de l’équithérapie, les chevaux pour soigner les personnes. Utiliser en fait l’animal comme un médiateur, comme un support à la guérison de l’humain. Là aussi l’animal va se donner sans compter. L’animal est en règle générale tellement généreux, qu’il va donner sans limites, et si on ne reste pas vigilant à son état, et si on ne pose pas nous des limites à sa place, il va prendre sur son capital santé et s’épuiser. Aussi, il peut y avoir de fortes dérives si on invite par exemple plein de personnes à se mettre en lien avec un animal en même temps. Cela peut être assez déboussolant si on n’a pas prévenu, et puis il n’y en a pas forcément les capacités, même si « on croit que ». 

Quelles sont les bonnes raisons pour toi de se connecter à un animal ?

Obtenir plus de complicité, et repérer plus vite les dysfonctionnements de son animal, si celui ci ne va pas bien physiquement ou psychologiquement. On va pouvoir lui demander quelle est l’origine de ces dysfonctionnements, et on va pouvoir répondre peut-être plus aisément à ses besoins. Ensuite, il y a un réel désir de certains animaux de coopérer et de co-créer avec l’humain. Pour moi, les  animaux sont vraiment des êtres qui font le pont entre le ciel et la terre, et qui invitent l’humain à une évolution spirituelle si on est à même d’ouvrir son cœur et de se mettre en lien avec l’animal. Alors on a cette possibilité de s’élever, et de grandir spirituellement à leurs côtés. Ils peuvent nous guider, en plus de nous soutenir, et ils peuvent aussi nous transmettre l’amour dont nous manquons. 

Est ce qu’un animal peut refuser une connexion ?

Ce n’est pas courant mais il peut. Je l’ai expérimenté avec mes stagiaires, et une de mes juments, qui ne se livre pas aisément. Une fois, une stagiaire m’a dit “je n’y arrive pas j’ai un rideau noir”. Et ce rideau noir, plusieurs fois ma jument l’a tiré.  Si la personne n’est pas en congruence, ou si la personne a une vibration qui déplaît à cette jument, elle ne va pas se présenter à la communication. En règle générale, heureusement, la vie est bien faite, les animaux n’ont pas à coeur de répondre à des personnes qui ont des intentions malveillantes. L’animal peut s’en apercevoir, et peut refuser. Enfin, l’animal n’est pas forcément toujours disposé non plus

Pourquoi est-ce important de travailler sur soi ?

Le développement personnel, quand on veut devenir communicants animalier, est très important. Parce qu’on communique avec un filtre, et il faut que ce filtre soit le plus discret possible. Il faut arriver avec une posture la plus juste possible.

L’écueil que je perçois le plus souvent, ce sont des personnes qui sont très en colère contre l’humain, et qui trouvent un véritable réconfort auprès de l’animal. Et cette colère, ils la portent en eux, et  lorsqu’ils vont communiquer avec l’animal avec cette énergie de colère, alors l’animal va aller dans le sens de la personne, en expliquant tout ce qui va mal dans sa vie, ou ce qui ne fonctionne pas bien avec son gardien. C’est en cela que je parle de filtres : le filtre de l’humain va biaiser la communication. La communication sera pas forcément fausse, mais elle sera pas juste non plus, puisqu’on aura qu’un seul pendant. Ensuite on a aussi tendance assez rapidement à porter un jugement sur le gardien : “oh mais moi, je ferais pas comme ça, il exagère, laisser son cheval en boxe toute la journée, … etc” . C’est très difficile de se distancier parfois de ce jugement que qu’on aurait tendance à porter sur l’humain, or il n’est pas bon de cultiver ces jugements. Il faut vraiment être en capacité d’être en amour. En amour, pas seulement pour l’animal, mais en amour pour l’autre. S’il n’y a pas d’amour véritable à soi, il ne peut pas y avoir un amour véritable à l’autre. 

C’est en cela que c’est extrêmement subtil, et quand on veut en faire son métier, il est bien de passer plusieurs années à travailler sur soi, et à faire aussi de multiples communications pour éviter ces écueils

Est-ce-que faire des communications avec les animaux de nos proches c’est pertinent ?

Pas toujours. Très souvent, le proche en question qui va se prêter au jeu, mais lorsque tu vas être amenée à lui dire quelque chose qui ne va pas lui convenir, qui ne va pas lui plaire, il va te prêter l’intention de vouloir le destabiliser.  Il va tout de suite penser que c’est toi qui dit les choses et pas l’animal or, quand c’est une personne neutre, le gardien va accorder plus de crédit, et il prendra cette communication plus au sérieux.  

Quels sont les conseils que tu donnerais à quelqu’un qui a envie de s’installer en tant qu’interprète animalier professionnel ?

Le premier conseil, c’est de travailler le développement personnel. Même si le communiquant pense que c’est une faculté qui est naturelle chez lui, c’est bien d’aller voir un voire même deux formateurs très différents pour asseoir ses bases valider son fonctionnement et ses compétences. Rien ne vaut l’énergie du groupe pour pouvoir valider et prendre confiance, et aussi bien se renseigner sur les formateurs. Enfin je pense qu’il faut faire plusieurs centaines voire un petit millier de communication pour comprendre tout ce qui peut se passer, puisqu’il y a des centaines de cas différents. Il peut y avoir des âmes errantes, des présences énergétiques, tout un tas de choses, qui font que plus on pratique, plus on a d’expérience.

J’ai eu une discussion il n’y a pas longtemps avec une amie, Florence Emeline Lombardini, qui est elle-même interprète animalière, et nous avons parlé de cette essence. La communication animale, on peut la comparer à un plat. Tout le monde peut faire un bon plat de pâtes, tout le monde sait cuisiner, mais le subtil, l’essence même de ce plat, celle qui va nous ravir et éveiller tous les sens, et bien c’est le chef cuisinier qui le donne. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :